Tour Eiffel Rally (05/05): les inscriptions sont ouvertes 

Après Visé Rome Visé en 2017 et le Long Bar Rally en 2018, c’est sur une autre notre humoristique que notre rallye du mois du printemps fera référence... Si la référence à grande dame de métal française vous saute au yeux, sachez que nous ne nous rendrons pas dans la capitale française -, avec pour dénomination Tour Eiffel Rallye.

 

Initié pour permettre avant tout aux bénévoles qui œuvrent sans relâche lors des 6 Heures de Visé de pouvoir aussi profiter d’un rallye, l’événement du mois d’avril est une balade touristique ouverte aux véhicules anciens, exclusifs et assimilés. Les véhicules modernes, mais exceptionnels y sont donc les bienvenus. Contrairement aux 6 Heures de Visé, le Long Bar Rallye ne se limite pas forcément à la région de la Basse-Meuse, mais va un peu au-delà.

Ainsi, l’édition 2019 débutera par un petit déjeuner offert par le concessionnaire BMW MINI DISCAR installé à Eupen. Après avoir roulé toute la matinée, les participants feront étape dans un lieu encore à déterminer pour profiter d’un apéritif offert par Maag Vins.

C’est ensuite au complexe du Domaine des Hautes Fagnes à Ovifat que le walking diner les attendra. Enfin, la journée se terminera au Mosa Hotel, le long des berges de la Meuse à Hermalle-sous-Argenteau, à quelques encablures de Visé.

 

Pour des raisons pratiques, ce rallye est limité à 100 participants.

Les inscriptions sont déjà ouvertes. Le prix de la participation est de 99€/véhicule, y compris les petits déjeuners, les repas de midi, deux boissons comprises avec le roadbook, la plaque rallye, apéritif re rentrée, ... (+35€ pour accompagnant complémentaire).

EIFR2019_OPEN.jpg

Un chèque de 1000€ pour le Relais pour la Vie

 

En 2018, les bénéfices engendrés par le Long Bar Rally avaient permis aux organisateurs de remettre un chèque de 1.000 euros au Relais pour la Vie de Visé, un événement festif axé autour de la solidarité et de la collecte de fonds en faveur de la lutte contre le cancer

relais.png

*avec l’autorisation de Jacques COLLARD